La qualité des statistiques sur la pêche en Afrique de l'Ouest a souvent été critiquée, principalement parce que les données sur les captures, les estimations de la biomasse et d'autres caractéristiques clés évaluées par les instituts de recherche nationaux et les administrations sectorielles sont souvent incomplètes et pas à jour, ce qui signifie que peu de stocks peuvent être évalués en toute confiance avec les méthodes conventionnelles à forte intensité de données. C'est là qu'un nouvel algorithme (CMSY) basé uniquement sur des estimations de capture et de résilience vient à la rescousse d'une gestion robuste dans de telles conditions de manque de données.

Le Secrétariat de la Commission sous-régionale des pêches (CSRP), composé des sept pays suivants - Mauritanie, Sénégal, Gambie, Cap-Vert, Guinée Bissau, Guinée et Sierra Leone - a ainsi convoqué un atelier de formation pour les scientifiques des pêches et des données de ses pays membres à être introduits à la nouvelle méthodologie. La formation a été assurée par une équipe du projet Sea Around Us dirigée par le professeur Daniel Pauly et le Dr Maria Lourdes (Deng) Palomares de l'Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, Canada, avec l'aide de deux doctorantes, Myriam Khalfallah et Jessika Woroniak.

Le principal avantage de la CMSY est qu'elle ne nécessite que des données de capture, mais pas d'estimations de la biomasse, qui sont difficiles à calculer. Pour de bons résultats, les éléments suivants doivent être vérifiés:

  • les stocks sont définis par écosystème plutôt que par zone de pêche
  • des séries chronologiques continues de captures sont disponibles, idéalement d'au moins 10 ans
  • mise en place d'ensembles de données de fréquence de longueur basés sur les captures commerciales d'engins non sélectifs
  • les estimations de la résilience des espèces capturées peuvent être obtenues auprès de FishBase (pour les poissons) ou SeaLifeBase (pour d'autres organismes marins)
  • les indications d'abondance, si elles sont disponibles, peuvent être dérivées de séries chronologiques de capture par unité d'effort (cpue) d'au moins trois ans ou d'estimations du stock sur pied.

Le Dr Mika Diop de la CSRP avait invité Aliou Sall, vice-président de Mundus maris, à se joindre en qualité d'observateur.

Le premier jour, le logiciel d'analyse a été téléchargé sur les ordinateurs de tous les participants, suivi d'une conférence d'introduction par le professeur Pauly. Ensuite, il était temps de se pencher sur les ensembles de données que les participants avaient apportés de leur pays et de les préparer pour l'analyse.

Des mini-groupes par pays ont travaillé sur les données de leur propre pays avec le soutien de l'équipe de l'UBC pour démarrer les analyses. Toutes les difficultés ou les erreurs de traitement ont été discutées avec les formateurs pour permettre aux participants non seulement de comprendre la méthode en principe, mais aussi d'avoir confiance en son utilisation. Ils ont également été invités à faire des présentations orales de leurs résultats préliminaires en séance plénière afin de jeter les bases de publications peu après l'atelier de formation. L'atelier est un renforcement des capacités dans la région pour faire ses propres analyses.

Publications of these assessments in peer-reviewed journals will increase the confidence of stock assessments and contribute to strengthening much needed fisheries management, More information is available here.